Le choix d’un entrepreneur

Satisfaction rime avec vérification et précision

Rénovations ou entretien, on n’en finit presque jamais de dépenser en matière d’habitation. De très grosses sommes y passent. Dans un tel contexte, on veut, bien sûr, en avoir pour son argent.

Aussi ne doit-on pas confier ses travaux au premier venu. Selon l’envergure des travaux, demandez à deux ou trois entrepreneurs, idéalement recommandés par votre entourage et détenant une licence appropriée de la Régie du bâtiment du Québec, de produire une soumission écrite détaillée. Insistez pour que cette soumission vous soit remise en personne afin de pouvoir en discuter.

Vérifiez les compétences et la situation de chacun :

  • Depuis combien de temps est-il en affaires ?
  • A-t-il sa propre équipe ou confie-t-il une partie ou l’ensemble des travaux à des sous-traitants ?
  • Est-il suffisamment assuré ?
  • Quand et comment nettoie-t-il les lieux ?
  • Se charge-t-il d’obtenir tous les permis nécessaires ?
  • Connaît-il les détails techniques des travaux à effectuer ? S’il refuse d’en parler ou vous questionne peu sur vos travaux et vos besoins, il n’est probablement pas celui qu’il vous faut !
  • Son adresse, ses licences d’entrepreneur de même que ses certificats d’assurance contre les accidents de travail et de responsabilité civile sont-ils valides ?
  • Une plainte a-t-elle déjà été enregistrée à son endroit à l’Office de la protection du consommateur ?
  • Quel type de garantie offre-t-il et que couvre-t-elle ?

La loi

Mentionnons d’abord que le Code civil du Québec stipule que tout entrepreneur est responsable pendant un an « de toute malfaçon existante » dénoncée à la réception des travaux ou survenue durant la première année suivant cette même réception. De plus, il est responsable pendant cinq ans de toute perte résultant d’un vice de construction ou de réalisation.

Au-delà des garanties, le contrat

L’une de vos meilleures protections demeure votre contrat. Plus il est clair et documenté, plus vous disposez d’arguments écrits en cas d’éventuels recours.

Si vous avez retenu préalablement les services d’un architecte ou d’un technologue, incluez au contrat le plan et le devis, et faites-y inscrire la liste complète des travaux qui devront être effectués. Rappelez-vous que le prix n’englobe que ce qui y figure. N’oubliez pas que les travaux de rénovation peuvent révéler des problèmes cachés.

Assurez-vous que le contrat établisse les règles du jeu (gestion, facturation, etc.) en pareil cas.

Au fond, la meilleure façon d’éviter les ennuis, c’est encore de bien planifier tous vos projets et d’avoir un dossier bien détaillé. Même pour les projets mineurs, exigez une description précise des travaux ainsi que des produits à utiliser (marques, couleurs, finis, etc.) Ne négligez surtout pas d’établir un échéancier précis.

Si on exige un acompte, négociez la plus petite somme possible : aucune protection n’est prévue à son sujet… notamment en cas de faillite.

Par précaution, prévoyez aussi une clause de résiliation au contrat. Vous serez ainsi protégé si des problèmes surviennent.

Un entrepreneur ne veut pas signer de contrat ou offre une remise si vous payez comptant ? Méfiez-vous : sans contrat écrit, vos versements au comptant ne sont pas protégés, les garanties peuvent ne pas être respectées et vous pourriez être sans recours s’il y a litige, si le travail n’est pas satisfaisant ou si l’entrepreneur déguerpit sans avoir terminé les travaux.

Et enfin…

Rappelez-vous qu’il est préférable de retenir les services d’un entrepreneur qui a déjà exécuté des travaux semblables aux vôtres. Il connaîtra mieux les matériaux et les techniques à employer. Vous pourriez également apprécier un entrepreneur capable d’expliquer ce qui se passe au fur et à mesure, de discuter des problèmes, d’offrir des suggestions et des conseils et de collaborer avec vous pour obtenir les meilleurs résultats possible. N’oubliez pas qu’une fois les travaux en cours, vous aurez à côtoyer l’entrepreneur et ses ouvriers. Établissez dès le départ une bonne collaboration pour éviter les conflits.

Par ailleurs, avant d’amorcer les rénovations, pensez à informer votre assureur habitation que des travaux seront effectués.

CAAcaaquebec.com/habitation