Les colonnes : rôle de soutien

Qu’elles soient à l’intérieur ou à l’extérieur, les colonnes jouent d’abord un rôle de soutien. Et lorsqu’elles sont apparentes, elles sont souvent de surcroît… coquettes ! Beautés à protéger.

— par François Varin, article du magazine Continuité, octobre 2010

Le système de poutres et colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. permet de dégager les espaces. Ces éléments remplacent avec plus de légèreté certaines cloisons et murs de refend, entraînant des aménagements diversifiés et davantage d’ouvertures. À l’extérieur, les colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. rendent possible la construction de galeries ouvertes ou fermées, de coursives, de vestibules et de portiques. Installées en appentis au bâtiment principal, ces composantes doivent leur stabilité à une structure faite d’un assemblage de pièces où sont appliqués les principes du porte-à-faux, de la triangulation ou du support contreventé, tel que le permet l’ossature de poutres et poteaux. L’ossature de la toiture de ces éléments repose sur les colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau., qui reportent la charge au sol et permettent ainsi de créer des espaces invitants ouverts sur l’extérieur, une transition agréable entre la nature et l’intérieur. Lorsque l’architecture est devenue une façon d’affirmer sa fortune et de démontrer son hospitalité, ces éléments d’accueil ont pris, grâce à la colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau., plusieurs formes et profils.

L’utilisation de la colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. a ainsi contribué au développement stylistique de l’architecture. Elle a stimulé la conception de composantes architecturales qui modulent le carré original du bâtiment, lui apportant une nouvelle volumétrie et un cachet particulier.

Détails de conception

Au Québec, aux XVIIe et XVIIIe siècles, les premières colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. étaient faites de bois massif de forme carrée, ronde ou à fût conique. Les connaissances empiriques des bâtisseurs faisaient en sorte qu’ils préféraient les colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. de fortes dimensions qui, croyaient-ils, supportaient plus adéquatement les charges. L’expérience, le développement des connaissances (notamment sur le comportement des matériaux) et la difficulté d’obtenir d’imposantes pièces de bois massif ont amené les constructeurs à créer des colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. de bois évidées, rondes ou carrées, constituées de pièces de bois de petites sections. Ces nouvelles colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. illustraient l’ingéniosité des assemblages : malgré la petite taille des pièces, elles assuraient une grande stabilité à l’ouvrage.

La colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. se compose d’un fût qui se termine au sol, d’une base et d’un chapiteau à sa tête. Parfois, la base repose sur un pilastre de pierre ou de brique, comme dans l’architecture du début du XXe siècle. Les colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. sont habituellement dégagées structuralement. Cependant, elles peuvent être jumelées au plan du mur, voire engagées à l’intérieur, donnant l’impression de demi-colonnes.

Pour assurer de bonnes proportions et un aspect solide, la base sera plus large que le fût. Ce dernier sera d’une hauteur et d’un diamètre proportionnés par rapport à la façade, et le chapiteau assurera harmonieusement la transition entre la colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. et l’ouvrage qu’elle supporte.

L’architecture classique a inspiré la modénature des colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. : celle-ci reprend les motifs ioniques, corinthiens, romains, doriques ou toscans, ou utilise simplement certaines moulurations typiques telles que le réglet, la baguetteMoulure de faible diamètre de menuiserie arrondie, unie ou décorée., le tore, la scotie, le quart-de-rond, la plinthe, etc.

Le fût de la colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. emprunte différents profils : conique, rond, carré et chanfreiné, rond et cannelé, galbé du bas, galbé du tiers, etc. Cette variété traduit la diversité des styles et des époques. Aussi, lors de travaux de rénovation, les colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. trop abîmées devraient être remplacées par un modèle approprié, au profil comparable à l’original, pour un meilleur résultat. Malheureusement, les nouvelles colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. sont souvent de section carrée et mal proportionnées, sans arêtes chanfreinées, offrant une impression de grande fragilité. Elles ne sont pas travaillées avec le souci du détail des colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. d’origine. Parfois même, certains propriétaires remplacent les colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. de bois par des colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. de métal ou de pierre à cannelures, des modèles rarement compatibles avec le style ou la simplicité architecturale du bâtiment.

Pour entretenir et réparer

La question des proportions et des justes dimensions des colonnesPilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. demeure déterminante pour le maintien des qualités esthétiques et stylistiques du bâtiment. On devrait prendre davantage de soin à réparer ou à reproduire fidèlement le modèle d’origine et éviter le recours à des modèles vendus dans les grandes surfaces. La qualité de l’architecture est une question de détails et d’interventions mesurées qui protègent la conception première et les caractéristiques souvent uniques à chaque bâtiment.

Pour entretenir le bois, les opérations habituelles s’imposent : grattage, décapage et ponçage suivi de l’application de couches de peinture.

Il peut parfois s’avérer nécessaire de remplacer une partie de la colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau., l’assise à la base, par exemple. Cela n’empêche pas de conserver la majeure partie de la colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau.. Pour ce faire, on place d’abord des vérins et des étais de bois pour supporter la structure. On peut ensuite dégager la colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. à réparer, puis la remettre en place une fois le travail terminé. Si la colonnePilier structural, souvent doté d’une base et d’un chapiteau. repose sur un pilastre de maçonnerie de pierre ou de brique, l’intervention consistera à consolider cette maçonnerie par son jointoiement ou sa réparation avec la technique appropriée.

François Varin est architecte et directeur de la Fondation Rues principales. Cet organisme oeuvre depuis plus de 20 ans à la revitalisation socioéconomique et au développement durable des municipalités du Québec et d’autres provinces.

www.fondationruesprincipales.qc.ca